Entretien et restauration

Visites

673064
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
60
944
6627

19 / 10 / 2017

Le break 304 sera présenté au Salon de Paris 1970, et fera carrière parallèlement au break 204 jusqu'à l'été 1976, avant de continuer en solo jusqu'en mai 1980 (son remplaçant, le break 305, sera présenté en mars 1980). Par contre, la version fourgonnette de la 304 ne sortira qu'en septembre 1976, quelques semaines après l'arrêt de production de son homologue en 204 (elle en conservera d'ailleurs le tableau de bord et même le moteur, 1 127 cm3, restant en catégorie 6 cv fiscaux). Ces deux versions seront disponibles en diesel (5 cv) et en essence (7 cv), à partir de septembre 1978, pour la fourgonnette. Le dernier millésime "1980" étant même muni pour les diesel d'un nouveau moteur déjà monté sur la 305, de 1 548 cm3 développant 47 ch DIN à 4 600 tr/m, ce qui fait passer la voiture de 5 à 6 chevaux fiscaux. Leur capot est légèrement bombé. La 304 diesel était en effet apparue à l'automne 1976, à la disparition des 204. Tout de suite disponible sur berline, break et fourgonnette, le moteur était tout simplement celui de la 204 diesel (1357 cm3 - 6 cv fiscaux).

Pour le millésime 1971, les 304 reçoivent un alternateur en remplacement de la dynamo, un allume-cigare (l'alternateur et l'allume-cigare étant montés sur les coupés et cabriolets depuis le début de série), et un rétroviseur "jour-nuit".

En mars 1972, une nouvelle version apparaît sur les coupés et les cabriolets, la "S". Cette version "Sportive" passe de 65 à 74,5 ch DIN et de 152 à 160 km/h. Ce qui permet aux propriétaires de ces nouveaux modèles de venir taquiner les grosses berlines 504 (11 cv). Agrémenté d'un compte-tours, d'appuis-tête et de nouvelle jantes, le moteur reste le même (1 288 cm3) mais doté d'une boîte renforcée, d'un carburateur double corps, d'une nouvelle culasse, d'un échappement double et de diverses petites modifications, comme la calandre noir mat avec lion rapporté doré, qui seront renforcées au Salon de Paris en septembre. Le cabriolet "normal" sera produit jusqu'en juillet 1972 et le coupé maintenu jusqu'en juillet 1973. Mais les versions "S" remporteront un grand succès et les ventes de l'ancien modèle chuteront rapidement.

Au Salon de Paris 1972, la version "S" est également proposée sur la berline. La gamme 304 adopte un nouveau tableau de bord à trois cadrans ronds, rappelant celui monté sur les 204 et abandonnant le rectangulaire copié sur la 504 et monté depuis le début de série en septembre 1969. Les versions "S" y incorporent le compte-tours à la place de l'horloge et, du coup, conservent la petite horloge carrée placée au centre et qui était déjà montée depuis le début de série. Les "S" adoptent de nouveaux sièges en teppline, une sorte de skaï imitant assez bien le cuir, mais résistant assez mal à la durée (certains rares concessionnaires auront l'intelligence de proposer a leur clientèle de vrais intérieurs cuir en option "maison"). Un nouveau volant, une nouvelle calandre noir mat avec un petit lion doré (déjà montés sur les coupés-cabriolets depuis mars), des feux de recul et de nouvelles jantes à petits trous ronds permettent de distinguer ces versions des autres. Les berlines adoptent toutes de nouveaux feux arrière (même les non-"S"). Il n'y aura par contre jamais de breaks ou de fourgonnettes en version "S". Les fourgonnettes auront toutes un tableau de bord du type 204, et certaines versions du break également.

En février 1974, les berlines et les breaks reçoivent des pneus 155 x 14 en remplacement des 145 x 14 montés depuis le début de série.

En 1975, toutes les Peugeot (y compris les différents modèles de 304) reçoivent un signal de détresse (warning) en série.